Les systèmes à un et deux niveaux

Un système à un niveau sur un environnement PC date d’environ 30 à 35 ans, à un temps où la seule façon de partager des données consistait à la création de plusieurs copies des données et de distribuer manuellement ces copies parmi les divers utilisateurs. Cette approche causait plusieurs ennuis aux gens qui essayaient tant bien que mal d’implanter un système ou environnement multiutilisateur.

Il était particulièrement difficile de consolider les mises à jour des multiples copies des données.Dans une approche à un niveau, un ordinateur effectue tous les traitements requis pour visualiser, mettre à jour et stocker les données.

Plusieurs produits utilisent cette technique pour des petits systèmes de bases de données à un seul utilisateur. Cette technique devient inefficace lorsque plusieurs utilisateurs ont besoin des données qui sont partagées par tous les utilisateurs.

Dans un tel cas, un système à deux niveaux avec une base de données centralisée et hébergée sur un serveur approprié offre un meilleur rendement.Une architecture à deux niveaux place l’interface utilisateur et les données sur des ordinateurs différents.

L’application cliente envoi les requêtes via le câblage réseau au serveur où le moteur de base de données s’exécute.

Le serveur traite la requête, trouve les données appropriées et renvoi le résultat au client via le câblage du réseau. Il existe deux implémentations possibles pour un système à deux niveaux: un client légerou un client lourd.

Dans l’approche du client léger, l’application cliente ne fait pratiquement aucun traitement des données.

Le client léger présente les données à l’utilisateur et, lorsque nécessaire, communique avec le serveur de base de données pour y transmettre les requêtes.

L’approche de client léger fonctionne bien dans les situations où le nombre d’utilisateurs concurrents qui accèdent les données peut demeurer à un très bas niveau. Le serveur, étant responsablede tous les traitements, de la validation et toutes autres manipulations des données, fait souvent face à un haut débit de traitement.

L’approche du client léger est une bonne approche au niveau de la maintenance du système. Si vous avez besoin de mettre à jour les logiciels, vous n’avez pas à le faire pour 1000 clients.

Cette approche fonctionne bien aussi avec les applications Internet.L’approche du client lourd transfert une partie de la validation et des traitements de données du serveur au client. Dans cette approche, le client utilise des règles de validation et de traitement pour déterminer si les données sont valides où si elles peuvent être envoyées au serveur.

Cette approche permet l’accès aux données par un plus grand nombre d’utilisateurs concurrents. Le désavantage de cette approche est que la maintenance de l’application cliente est plus complexe et les ressources matérielles du client doivent être plus performantes.

Malgré le fait qu’une architecture à deux niveaux offre une meilleure flexibilité et permet un plus grand nombre d’utilisateurs concurrents, elle ne peut servir qu’aux plus petits environnements.

Lorsqu’un grand nombre d’utilisateurs concurrents doivent être pris en charge, une architecture à n-niveau ou même une architecture Internet représente un meilleur choix.Les systèmes à trois ou n-niveauxDans un système à trois niveaux, le client présente l’interface et est responsable de l’interaction avec l’utilisateur. Le serveur de bases de données manipule les données. En plus de ces deux niveaux, nous retrouvons un niveau intermédiaire, se situant entre le système client et le serveur de bases de données, qui contrôle certaines opérations que l’on nomme la logique métier. Ce niveau intermédiaire peut se retrouver sur un ou plusieurs ordinateurs et prend en charge certains traitements qui seraient autrement effectués sur le serveur de bases de données. Cette flexibilité permet d’accommoder un très grand nombre d’utilisateurs concurrents. Il n’y a pas vraiment de distinction entre une architecture à trois niveaux et une architecture de plus de trois niveaux. Les architectures à trois niveaux ou plus sont toutes des architectures à n-niveaux ou multi niveaux.Dans un système à n-niveaux, le traitement est divisé en troiscatégories. Chaque catégorie représente un des trois principaux niveaux dans l’architecture à trois niveaux qui est propagé au système n-niveau, peu importe le nombre de niveaux de traitement.Le niveau de présentation, ou du client, contient les composants du système qui interagissent directement avec l’utilisateur. Le seul objectif de ce niveau est de se concentrer sur l’utilisateur et lui présenter les données de façon organisée, professionnelle et conviviale.Le niveau intermédiaire est responsable de la communication avec le serveur de bases de données. Ce niveau établit aussi les règles de communication qui seront utilisées entre les différents niveaux. L’idée derrière ce niveau est d’offrir les mécanismes qui permettront de mettre en œuvre les règlesde validation qui doivent être appliquées pour valider les données et effectuer des traitements intermédiaires nécessaires à la préparation des données avant qu’elles ne soient présentées à l’utilisateur. Pour cette raison, ce niveau comporte deux divisions: interaction avec l’utilisateuret interaction avec le serveur de bases de données. Avec cette approche, la logique de gestion peut être séparée des processus d’accès aux données.Le dernier niveau est le niveau des données. Ce niveau est responsable de l’exécution du moteur de bases de données sur le serveur responsable de toutes les manipulations de données. L’accès au niveau des données n’est possible qu’en passant par le niveau intermédiaire. Le niveau des données n’a aucune interaction avec le niveau de présentation.Les applications InternetLes applications Internet sont des applications de deux ou trois niveaux, selon la complexité et la conception physique de la base de données. Dans une application Internet, le serveur Web prépare les élémentsde la présentation qui seront affichés par le navigateur sur le système client. Si un système intermédiaire existe, le serveur Web est configuré pour interagir avec ce dernier. Dans le cas où il n’y a pas de système intermédiaire, le serveur Web traite directement avec le serveur de bases de données.Dépendamment de l’implémentation, le navigateur du client peut lui aussi être considéré comme un niveau. Si un ensemble d’enregistrements est envoyé au navigateur par le serveur Web pour permettre l’édition deces derniers dans le navigateur, nous pouvons alors considérer le client comme un niveau. Dans ce cas, le client manipule les données dans un jeu de résultats déconnecté ou des données XML. Si un aller-retourau serveur Web est nécessaire pour soumettre les modifications et pour interagir avec les données, le client n’est pas considéré comme un niveau, il est plutôt un mécanisme qui sert à l’affichage du code HTML envoyé par le serveur Web.Les applications Internet possèdent la meilleure extensibilité de tous les types d’architecture d’applications. Ces applications peuvent supporter le plus grand nombre d’utilisateurs concurrents. Le désavantage de l’architecture Internet est que c’est l’architecture qui demande le plus de connaissance au niveau du développement et, les conflits de mise à jour sont inhérents à la technologie.Malgré le fait qu’une application Internet est généralement implémentée de manière à permettre l’accès à la base de données de partout dans le monde, elle peut aussi servir à des finsinternes à l’aide d’un Intranet proprement configuré. Dans une telle situation, les utilisateurs peuvent accéder à la base de données depuis un site HTML ou XML corporatif.Applications à très grosses bases de donnéesSQL Server possède des optimisationsà haute vitesse qui permettent de supporter des environnements de très grosses bases de données. Malgré le fait que les versions précédentes ne pouvaient pas supporter des systèmes d’envergure, des bases de données supérieures à un téraoctet peuvent être supportées par SQL Server depuis la version 2000.Avec l’implémentation des vues partitionnées dans l’édition Entreprise, les serveurs peuvent être extensibles de façon à répondre aux besoins des gros sites Web et environnements d’entreprises. L’implémentation de serveurs fédérés permet à un grand nombre de serveurs de participer au maintien des gros systèmes complexes.Les éléments du système de réplication peuvent aussi aider à distribuer les données parmi un grand nombre d’ordinateurs tout en permettant des mises à jour mutuelles et un contrôle centralisé du système entier

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 − 7 =