Un schéma hiérarchique, ou organigramme de structure

Les schémas hiérarchiques

Un schéma hiérarchique, ou organigramme de structure, présente la division du système en modules. Les schémas hiérarchiques constituent la partie graphique de la documentation HIPO.

L’élaboration des schémas hiérarchiques fait partie de la modélisation de processus mentionnée précédem-ment, la série d’opérations qui mène au code source ou programme.

La définition du schéma hiérarchique peut sembler proche de celle du diagramme de flux de données. En fait, ces deux types de diagrammes utilisent des symboles différents pour représenter le même type d’information. Mais chacun est destiné à un usage différent.

Les diagrammes de flux de données sont généralement utilisés pour la conception de haut ni-veau, lorsqu’il faut décider, par exemple, quels sont les programmes nécessaires et comment ceux-ci utilisent l’information.

Lorsque l’on conçoit chaque programme, on utilise les schémas hiérarchiques. Dans ce type de diagramme, chaque module devient un sous-programme, une unité de logique utilisée par un programme principal. Ces unités de logique prennent différentes formes, selon le langage utilisé. En langage C, par exemple, une unité est appelée fonction; en COBOL, il peut s’agir d’un paragraphe, d’un sous-programme ou d’une sous-routine. Lorsque vous écrivez des spécifications pour la programmation, la décision la plus importante concerne la décomposition du système. Si vous réussissez cette tâche, vous facilitez le travail des programmeurs. Les schémas hiérarchiques constituent un excellent outil, très simple pour cette opération.

Les révisions structuréesUne révision structurée est un processus de révision par les pairs, utilisé pour évaluer l’ensemble du système ou toute phase du cycle d’élaboration de systèmes.

Lorsque vous concevez un système, il vous vient souvent des idées précieuses en discutant du projet avec des collègues de manière informelle. Les révisions structurées formalisent cette pratique.

Les discussions informelles sont profitables en raison de leur caractère informel, aucune partie ne se sent obligée de défendre sa position. Les partisans de la révision structurée ont même un nom pour cette attitude. Ils l’appellent l’ap-proche désintéressée. Avec l’approche désintéressée, tous les participants se soucient de la qualité du sys-tème et non de la paternité des idées.En pratique, il existe autant de variantes de la révision structurée qu’il y a de sociétés qui l’utilisent. Ceci étant dit, l’idée de base est la suivante.

Le concepteur prépare de la documentation et, parfois, réserve une salle et appelle personnellement les participants. Ces participants sont des personnes techniques ou non tech-niques. En général, la direction n’est pas conviée en raison de sa présence intimidante, bien que de nom-breuses entreprises trouvent l’idée d’une réunion d’employés sans la présence de la direction trop anarchique pour la mettre en pratique.

Tous les participants acceptent d’éviter de pointer du doigt, etc. Le concepteur présente une idée qui est critiquée sous de nombreux points de vue.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 × 13 =